Français

Méthodologie de la dissertation française

 Exemples de sujets corrigés

Méthodologie de la dissertation française

-

Exemples de sujets corrigés

Sujet 1 : L’oeuvre romanesque ne vise pas à nous faire oublier la réalité. Au contraire, elle nous force à la comprendre pour améliorer notre vie.

Vous commenterez cette affirmation en l’appliquant au roman. Corrigé

Sujet 2 : L’écrivain réfléchira toujours sur la société de son époque.Il peut l’accepter, la combattre ou la fuir mais, son oeuvre en portera plus ou moins les empreintes.
Commentez ce point de vue sur l’art de l’écrivain en vous fondant sur des exemples littéraires précis.Corrigé

Sujet 3 : Le théâtre est un divertissement, ce n’est pas l’école.Partagez-vous cette conception du théâtre?Corrigé

Sujet 4 Ecrire un roman, un poème , une pièce de théâtre, c’est la même chose. Ecrire, c’est poser une question, c’est s’interroger, interroger.
En vous appuyant sur vos lectures, commentez et, s’il y a lieu, discutez ces propos. Corrigé

Sujet 5 : La poésie est une “débâcle de l’intellect”, une “abolition de la mémoire”, elle ne saurait être autre chose. Expliquez et discutez cette définition de la poésie. Corrigé

Sujet 6 : Parlant de la poésie noire, J P sarte déclare “cette poésie raciale est finalement une poésie pour tous” Expliquez ce point de vue en vous fondant sur ce que vous savez de la poésie noire et de la fonction des poètes noirs. Corrigé

Préambule:
La dissertation littéraire est, de l’avis général des candidats, une épreuve difficile. Elle est, selon les correcteurs, l’exercice le moins réussi pour ne pas dire le plus catastrophique pour plusieurs facteurs combinés parmi lesquels:

La nature de la nature de l’épreuve

La dissertation est un exercice de réflexion sur un problème donné pour lui trouver  une réponse personnelle. Ce qui suppose une maîtrise de la langue traduite par une expression correcte, de bonnes connaissances littéraires et une compréhension des œuvres au programme car, il s’agit de fonder la réflexion sur des exemples précis.

La non maîtrise de la technique et de la langue

Les élèves, malgré la somme importante de connaissances qu’ils ont acquises,ont souvent des problèmes de maîtrise de la technique et ne parviennent pas à réussir le nécessaire équilibre entre ce qu’ils savent et ce qui est pertinent pour traiter un sujet.

Ils ont tendance à faire des montages systématiques, des placages des différentes informations reçues sans tenir compte de leur pertinence ou non pour le sujet.

*Le non respect du contrat pédagogique qu’ils déclinent dans leur plan

Généralement, ils « papillonnent ». Ils annoncent un plan et font autre chose.

Compte tenu de tout cela, notre ambition, dans le cadre de cette contribution, est simplement de proposer un certain nombre de comportements et de compétences pour aider à mieux aborder l’épreuve. Nous nous proposons donc de rappeler les fondamentaux de l’épreuve avant de proposer une méthodologie qui doit être considérée, à sa juste valeur, comme un aspect de ce qui a été vu en classe.

I / Principes généraux

La dissertation comprend trois grandes parties: l’introduction, le développement et la conclusion.

-          L’introduction:

Elle comprend globalement trois sous parties: l’amorce oul’entrée en matière, la fixation du sujet et le plan.

L’amorce (amener le sujet, le préambule…) consiste à situer le problème en le définissant dans un cadre général, global historique, logique.

La fixation du sujet: l’opération consiste à délimiter le sujet en indiquant clairement le problème c’est à dire en expliquant ce dont il s’agit.

Le plan: Il s’agit d’annoncer la démarche à suivre demanière claire etconcise.

-          Le développement:

C’est le traitement des points annoncés dans le plan. Chaque partie est constituée de paragraphes. Chaque paragraphe traite d’une idée; Le traitement d’une idée s’appuie sur des exemples et/ou des citations. Chaque point se termine par une conclusion partielle et une transition vers le point suivant.

-          La conclusion:

Elle est le bilan global de l’analyse, la somme et la synthèse des conclusions partielles. Elle est le lieu d’apporter une réponse au problème posé et éventuellement l’occasion d’ouvrir d’autres perspectives au problème.

II/ Méthodologie

NB/ Cette méthodologie ne saurait être prise comme une recette miracle. Elle est juste un outil parmi tant d’autres possibles.

SUJET : « Au-delà de son rôle d’orfèvre, le poète fait de l’écriture un sacerdoce. »

                             Commentez ce point de vue sur la fonction du poète.

Observation :

Distinguez les deux parties dans le libellé du sujet :

Le présupposé( ce qui est affirmé) c’est à dire, le point de vue « Au-delà de son rôle d’orfèvre, le poète fait de l’écriture un sacerdoce. »

et la consigne « Commentez ce point de vue sur la fonction du poète. »

Nous sommet-on une pensée ? (une simple proposition) ; une affirmation  ou une assertion? (énoncé d’une conviction)……

A  Arbitrage

Quel est le problème posé par le sujet ?  –  la fonction du poète.

Qu’en dit-on ? – le poète est avant tout un orfèvre mais l’écriture, pour lui, est un sacerdoce.

Analyse

Il s’agit, à ce niveau de lire et de relire attentivement le sujet en pesant chaque mot. L’objectif est de souligner  les mots et expressions les plus significatifs du sujet et réaliser une définitionprécise de chacun d’eux de manière à expliciter et reformuler correctement le sujet.

« Au-delà de son rôle d’orfèvre, le poète fait de l’écriture un sacerdoce. »

« Commentez ce point de vue sur la fonction du poète. »

Au-delà : en plus, en sus,

Poète orfèvre c’est-à-dire un créateur, un technicien du vers, un artiste

Faire de l’écriture un sacerdoce  c’est-à-dire  faire de l’écriture une tâche à laquelle on s’acquitte comme d’un devoir mieux, c’est attacher à la poésie une fonction quasi- religieuse).

Reformulation 

Le poète est d’abord un créateur, un technicien du vers, un artiste mais, il fait surtout de l’écriture

(du poème donc de son art), une mission très sérieuse voire sacrée.

Qu’est-ce qu’on attend de nous?

Cette question dont la réponse est donnée par la consigne (généralement marquée par un verbe d’action) nous permet de déterminer le plan de notre devoir (nous demande t-on d’expliquer?(simple analyse) ; de discuter?( distinguer le vrai du faux) ; d’apprécier?( vrai-faux-incomplet)…).

Cadrage :

Une fois la compréhension du sujet effective, il faut faire attention à ne faire « hors sujet ». Il faut délimiter le sujet en précisant simplement et clairement ses contours, ses limites, pour ne traiter que le sujet, rien que le sujet mais tout le sujet.

Recherche des idées :

A la manière de la ménagère qui va faire son marché hebdomadaire, il faut farfouiller c’est à dire rassembler, au hasard sur le brouillon, toutes les idées, toutes les informations qui viennent à l’esprit et qui peuvent avoir, de prés ou de loin, un rapport avec le sujet : réminiscences de lecture, cours, causeries, réflexions…

Exemple : Notre sujet propose de réfléchir sur la fonction du poète. On  va noter  par hasard tout ce que nous savons de cette fonction et de la poésie.

img_fr

 Tamisage :

L’opération consiste à trier, à sélectionner pour ne retenir que ce qui est pertinent, utile et essentiel  pour traiter le sujet (c’est l’équilibre dont nous parlions dans le préambule de notre contribution). Il faut, pour ce faire, relier les idées parentes par des cercles ou des couleurs et les regrouper par thèmes ou titres  et à côté de chaque idée, noter des exemples, illustrations et citations.

img2_fr