La connaissance scientifique du vivant exige-t-elle que l'on considère l'organisme comme une machine ?